Blogue ekimondo

Le blogue qui donne une voix au voyage responsable

Le marchand de sable va passer :: Jean-François Perreault

Écrit par jean-francois le 11 mai

On ne vend peut-être pas de frigos à des Eskimo. Mais du sable à des princes arabes, oui!

Photo de http://www.flickr.com/photos/babasteve/

Difficile, le prince héritier de Dubaï? Celui-ci souhaite ce qu’il y a de mieux pour ses chevaux, si bien qu’il a importé plus de 3000 tonnes de sable d’Angleterre pour faire couvrir ses pistes de course en 2006!

Même caprice chez les promoteurs du complexe sportif, Dubai Sports City, qui préfèrent le sable en provenance d’Arabie Saoudite pour aménager les trappes de sable de leur nouveau terrain de golf.

Dans ce pays de désert, on parvient même à abuser de cette richesse. L’exemple le plus flagrant : The World, une mappemonde de 300 iles artificielles, visibles à l’œil nu depuis la station spatiale internationale, dit-on. De nombreux projets pharaonesques de ce type sont en cours de réalisation.

L’ironie, c’est qu’on prévoit manquer de sable avant la fin de leur construction. D’ici 2011, près de 2 milliards de mètres cubes de sable auront été extraits du fond de la mer entre le rivage de l’Émirat et le début des eaux internationales. C’est insuffisant. Il ne sera pas possible de construire plus d’îles artificielles au-delà de celles déjà terminées ou en cours, sans faire appel aux Émirats voisins.

Sables mouvants

Même à Hawaï, connu pour ses plages dorées, le sable commence à se faire de plus en plus rare. Le sable est un élément important dans la fabrication du béton.

D’ici deux ans, toutes les réserves de sable de Mauï seront épuisées, si bien qu’on utilise maintenant du sable de Colombie-Britannique dans les bétonnières hawaïennes.

Le commerce du sable est donc un business payant. Mais sa surexploitation peut causer de grands torts. C’est le cas à Bamako, capitale du Mali. Sur les rives du Niger, ils sont des milliers à vivre du commerce du sable puisé dans le lit du fleuve pour les besoins du bâtiment. On commence à peine à mesurer les impacts environnementaux de la disparition du sable de ses berges.

Exportation de sable au Mali. Photo de http://www.flickr.com/photos/robinelaine/

L’exploitation du sable peut aussi causer des maux de tête géopolitiques. Par exemple, en Indonésie, on a interdit l’exportation de sable vers Singapour. À force de vider les plages indonésiennes de leur sable, on craint le rétrécissement de sa souveraineté territoriale.

Il s’agit d’un argument que les habitants des Îles-de-la-Madeleine peuvent très bien comprendre. L’érosion des berges les inquiète énormément. Une simple promenade en voiture permet de constater combien ces îles perdent du terrain : des falaises sont éventrées et des terrasses pendent presque dans le vide.

Comment contrer le phénomène? On propose de draguer le fonds de l’eau pour recharger ses plages.

On a aussi considéré l’importation de sable. Moins cher? Combien coûte déjà le sable qui vient de Chine?

Catégorie : architecture, environnement, nature

Tags : aucun

Commentaires

colnet charles J dit le 11 mai à 20:11 :

Tant qu’ils ne volent pas le sable des belles plages bretonnes, ca va
Sinon, “ma doué beniguette” ils risquent de le regretter fortement

Marie-Julie dit le 11 mai à 22:42 :

Très bon angle, qui s’éloigne de tout ce qu’on entend généralement sur la surexposée Dubai!

Châteaux de sable « Taxi-brousse dit le 11 mai à 22:58 :

[…] Perreault nous en dit plus dans le Blogue ekimondo. Excellent billet mon cher ! […]

Jean-François Perreault dit le 14 mai à 07:28 :

Désolé de vous décevoir, monsieur Colnet, mais les sables de la Bretagne semblent être en péril aussi.

Un regroupement de citoyens, “Le peuple des dunes”, s’attaque à un géant qui n’a pas les pieds d’argiles, le Groupe Lafarge, qui extrait les sables marins pour en faire du béton.

Pourtant le Peuple des dunes invoque la convention des Nations unies sur le droit de la mer, ainsi que la convention Ospar qui énonce l’obligation pour tous les Etats de protéger et de préserver le milieu marin et d’appliquer le principe de précaution.

Plus d’infos: http://peupledesdunes.blog.com//Peuple-des-dunes/

Matthieu Dugal dit le 14 mai à 13:08 :

Avec Perreault, impossible de faire l’autruche.

Haut de la page

Ajouter votre commentaire

* Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.

Votre courriel demeurera confidentiel.

 *

Soumettre